La liposuccion ou lipoaspiration est une opération de chirurgie esthétique permettant de supprimer radicalement et définitivement les surcharges graisseuses localisées. Elle consiste à aspirer la graisse située sous la peau à l’aide de fines canules reliées à un appareil d’aspiration de la graisse.

Inventée par le Dr Yves Gérard Illouz en 1977, un chirurgien français, la liposuccion est aujourd’hui l’intervention de chirurgie esthétique la plus pratiquée au monde.

Bien que courante cette intervention reste avant tout une véritable opération chirurgicale. Elle doit être réalisée par un chirurgien qualifié en chirurgie plastique reconstructrice et esthétique, inscrit à l’Ordre National des Médecins et exerçant dans un établissement de santé assurant toutes les garanties de sécurité chirurgicale selon les normes en vigueur.

Le but de la lipoaspiration est de sculpter la silhouette en effaçant les excès graisseux localisés appelés stéatoméries ou lipoméries. Ces amas graisseux sont le plus souvent résistants à tout régime amaigrissant et à la pratique d’exercices physiques, et sont très souvent génétiques.

La lipoaspiration de fait pas maigrir ! Le principe n’est pas de retirer de très grandes quantités de graisse pour perdre du poids, car cela comporterait d’importants risques chirurgicaux sans permettre d’obtenir des résultats harmonieux et définitifs. L’objectif est de travailler de manière ciblée sur le contour de la silhouette.

Lorsqu’une perte de poids est souhaitée il est conseillé de perdre les kilos en trop de manière progressive avant l’intervention. En effet les meilleurs résultats de lipoaspiration sont obtenus dans le traitement des excès adipeux bien localisés.

Les zones de stéatoméries les plus courantes chez la femme sont :

  • le ventre
  • les hanches/ la taille/ les poignées d’amour
  • la face interne des cuisses
  • la culotte de cheval (ou région trochantérienne)
  • la face interne des bras
  • la face interne les genoux

Les zones de surcharge graisseuse localisée les plus courantes chez l’homme sont :

  • Les hanches / les poignées d’amour
  • L’abdomen
  • La poitrine (adipomastie)
  • Le menton

Oui, elle est même très importante : la peau doit être de bonne qualité, bien élastique afin de pouvoir se rétracter (bien se « retendre ») après la lipoaspiration. Si la peau est déjà détendue, relâchée ou flasque avant la lipoaspiration, ce phénomène risque d’être aggravé, avec un relâchement cutané encore plus important.

Ce relâchement peut être à l’origine d’un résultat imparfait avec la formation de vagues, d’irrégularités ou de plis inesthétiques. Dans les cas particuliers où la surcharge graisseuse localisée est associée à un fort relâchement de la peau, il est souvent nécessaire de retirer de la peau pour bien la retendre et obtenir un résultat à la fois affiné et ferme : ce sont les différents liftings (lifting de bras, lifting de cuisse, body lift, plastie abdominale…).

Ainsi la qualité de la peau conditionne ainsi les quantités de graisse qu’il est possible de retirer.

La durée de l’intervention et le type d’anesthésie nécessaire diffèrent selon les quantités de graisse à retirer. La durée de la lipoaspiration varie également en fonction du nombre de zones à traiter. La durée d’une lipoaspiration peut ainsi aller de 20 minutes à plus de deux heures.

Le choix du type d’anesthésie est déterminé en concertation entre le chirurgien, l’anesthésiste et le patient. Le plus souvent, l’anesthésie est générale, surtout s’il existe plusieurs zones à traiter.

Dans certains cas, lorsque la surcharge graisseuse est très localisée, l’intervention peut se réaliser sous anesthésie locale.

On peut également réaliser dans certains cas une anesthésie locale avec sédation, ou une anesthésie loco-régionale (péridurale ou rachi-anesthésie).

Le premier temps opératoire consiste à injecter au niveau des zones de lipoméries un mélange de sérum physiologique, d’adrénaline et d’un anti douleur de longue durée d’action (c’est l’ « infiltration »). Cette préparation des tissus à la lipoaspiration est fondamentale car elle permet de limiter les saignements (à l’origine des bleus ou ecchymoses post opératoires) ainsi que les traumatismes des tissus et les douleurs post opératoires.
Ensuite, le principe est d’introduire, à partir de très petites incisions, des canules extrêmement fines (entre 3 et 5 mm de diamètre) dont l’extrémité est arrondie (mousse) afin de limiter au maximum le traumatisme des tissus. Ces canules seront connectées à un circuit fermé dans lequel sera créée une pression négative. Ainsi la graisse ciblée est aspirée .
En fin d’intervention, les mini-incisions sont refermées à l’aide d’un fil de suture et recouvertes de petits pansements. Le panty de contention est mis en place au bloc opératoire et permet une bonne rétraction des tissus en limitant l’œdème (gonflement) post opératoire ainsi que l’apparition de bleus.

A noter que toutes les techniques visant à détruire les cellules graisseuses sans les aspirer (smart lipo, lipo laser, etc) sont strictement interdites en France car à l’origine de complications très graves.

Oui, la lipoaspiration profonde des graisses permet un retrait régulier et définitif des cellules graisseuses (adipocytes).

Dès la fin de la croissance, le nombre d’adipocytes dans le corps est fixe, les adipocytes ne pouvant plus se multiplier à l’âge adulte. Tous les adipocytes retirés lors de la lipoaspiration sont donc définitivement éliminés et ne peuvent pas réapparaître au niveau des zones traitées.

Si le ou la patient(e) reprend du poids après la liposuccion, la surcharge graisseuse s’installera, de façon diffuse, mais plus difficilement aux endroits lipoaspirés. Lorsque le ou la patient(e) reperd ses kilos en trop, il ou elle peut retrouver la silhouette acquise après la lipoaspiration.

Lorsque la lipoaspiration a été bien réalisée, et que le poids est stable après l’intervention, les résultats sont bel et bien définitifs.

La première condition importante avant une liposuccion est l’obtention d’un poids proche du poids de forme.

Comme pour toute intervention de chirurgie esthétique, deux consultations sont nécessaires avec le Dr Lefèvre, afin de définir le projet et de détailler les étapes avant l’intervention.

Ces consultations permettent à votre chirurgien de vous informer sur le déroulement, les suites et les risques opératoires, de réaliser les photographies médicales pré-opératoires et de vous prescrire un panty de contention qui pourra être réalisé sur mesure au cabinet.

Un arrêt impératif du tabac au moins 1 mois avant l’opération est indispensable, ainsi que l’arrêt de l’aspirine ou de tout autre médicament augmentant le risque de saignement au moins une semaine avant la lipoaspiration.

Un rendez-vous avec l’anesthésiste sera organisé dans le mois précèdant l’intervention.

La durée de l’hospitalisation varie de quelques heures (en ambulatoire) à 24 heures, selon l’importance de la lipoaspiration. Des douleurs modérées peuvent être ressenties, le plus souvent semblables à des courbatures. La prise d’antalgiques classiques permet de les atténuer. Une fatigue peut être ressentie, suivant la quantité de graisse retirée. Le port de bas de contention est imposé durant 7 à 10 jours pour anticiper les risques d’accidents thromboemboliques et dans certains cas la prescription d’un traitement anticoagulant préventif de quelques jours est réalisée.

A l’issue de la lipoaspiration, le patient portera un vêtement compressif gainant (panty) qui varie en fonction des zones traitées afin de limiter l’œdème (gonflement post-opératoire des tissus opérés) et les ecchymoses (bleus) consécutifs à l’opération. Cette contention devra être portée pendant 4 à 6 semaines.

Un arrêt des activités professionnelles de 3 à 7 jours est conseillé (il n’est pas possible de prescrire un arrêt de travail après une chirurgie esthétique, d’où l’importance de prévoir quelques jours de congés pour la convalescence).

Les activités sportives peuvent être reprises au bout de trois semaines.

Les résultats commencent à être visibles sous trois semaines également, le temps que l’œdème se résorbe et que tous les tissus de la zone traitée s’assouplissent.

On considère le résultat comme définitif passé un délai de 6 mois.

Fiche pratique

  • Anesthésie : variable selon la quantité lipoaspirée
  • Hospitalisation : ambulatoire ou 1 nuit
  • Durée de l’intervention : 1h à 3h
  • Douleurs : 48h puis gêne pendant 3 semaines
  • Oedème (gonflement) : 3 semaines
  • Vêtement de contention : 3 semaines
  • Arrêt des activités sportive : 3 semaines
  • Convalescence : 3 à 7 jours selon la quantité lipoaspirée